What’s Next Partners.L’agence d’après.

Avant What's Next

Avant What's Next

Le monde (du marketing et de la communication) était tiraillé entre deux logiques : d’un côté la marque, l’image, l’expérience, le contenu ; de l’autre la performance, la rentabilité, le ROI. Un monde d’incompréhension et de défiance réciproque. Les digital natives vs les anciens … ou le "choc des générations" à l’échelle du marketing. Les annonceurs ont vainement essayé de faire collaborer les agences spécialistes issues de ces deux logiques, ce qui a eu pour résultat de les contraindre à gérer des problèmes d'agences en plus de leurs problématiques de communication.

Restait une question, la seule : comment maximiser la performance des investissements quand les budgets ne se développent pas aussi vite que le champ des possibles à investir ?

Une question qui demanderait de maîtriser trois expertises : les données, les idées, et la stratégie marketing. Et surtout de pouvoir les faire travailler ensemble de façon intégrée et pas fragmentée.

Un modèle intégré

  • Mad Men les Idées Concevoir et scénariser des idées fortes pour maximiser l'émergence et la cohérence de l'expression de la marque, dans des écosystèmes de plus en plus complexes et fragmentés.

  • Mc MEN La stratégie marketing Maîtriser les enjeux du marketing à l'ère digitale sans perdre de vue ce qu'est un positionnement.

  • Math men Les données Savoir identifier la bonne donnée dans la profusion, la donnée qui fera le bon insight comme le KPI pertinent : le RIGHT DATA versus le BIG DATA.

  • NOUS SOMMES WHAT’S NEXT Un modèle intégré qui fonctionne en mode project-team multi-expertises pour apporter la meilleure réponse à une problématique donnée. En termes de stratégies, de leviers, de systèmes, de contenus. Et qui n’est pas seulement capable de la définir, mais aussi de l’implémenter.

L'intégration par WNP

  • méfiez-vous
    des imitations.
    L'INTÉGRATION A NE PAS CONFONDRE AVEC 360°.

    C’est toute la différence entre saupoudrer et taper juste. Taper là où ça fait sens plutôt que dans tous les sens.

  • oubliez la pub
    5 minutes.
    L'INTEGRATION, BACK TO BUSINESS.

    Pour savoir où taper, il faut comprendre où ça coince dans le business de nos clients. Renouer avec l’idée qu’une agence doit comprendre le business de ses clients pour mieux l’impacter (et paradoxalement, réaliser des campagnes qui sentent moins le marketing).

  • laissez tomber
    vos réflexes.
    L'INTÉGRATION, L’ART DE NE PAS AVOIR D’A-PRIORI.

    Une exigence media-neutral, c’est-à-dire sans a priori sur les moyens à privilégier. C’est le sens d’un modèle qui associe des entités métiers ET une structure de consulting dédiée, et indépendante des métiers.

  • faites preuve
    d'à-propos.
    L'INTÉGRATION, ÇA DÉPEND DU CONTEXTE.

    Délivrer le bon message à la bonne personne au bon endroit au bon moment. Une communication qui tape d’autant plus juste qu’elle prend en compte le contexte dans lequel elle s’inscrit.

  • faites honneur
    aux gens.
    L'INTÉGRATION, C'EST PENSER LES CIBLES COMME DES GENS.

    Comprendre et répondre à ce qui les motive, la manière dont ils se comportent sur le lieu de vente, les parcours qu'ils suivent dans la formation de leur choix, révéler leurs manies et errances, mais aussi ce qui les passionne, fait rire, vibrer ou exaspère. Des gens, quoi.

  • vous êtes
    en direct.
    L'INTÉGRATION, C'EST DU LIVE.

    L’époque où on 'sortait' une campagne sur laquelle on avait travaillé pendant un an est révolue. Avec le digital, une campagne désormais, ça se suit en temps réel, ça s’optimise, ça s’enrichit. A condition d’avoir défini les bons KPI. D’avoir créé des dashboards qui ne soient pas des usines à gaz. Et de disposer de créatifs agiles, rapides (et travailleurs).

  • laissez l'idée
    vous guider.
    L'INTÉGRATION C'EST UNE IDÉE AU CENTRE.

    Une idée de marque colonne vertébrale, plus que jamais nécessaire pour créer de la cohérence dans la fragmentation. Des idées éxecutionnelles qui aient la capacité d’émerger dans la profusion des contenus diffusés. C’est ce qui fait que l’intégration n'est et ne sera jamais une science. C’est aussi la limite des modèles strictement ROIstes et tout l'intérêt de mêler maths men et mad men.

Clients

  • Agatha
0
0
0